La réforme de la formation professionnelle encourage l’autonomie des collaborateurs et l’utilisation du digital learning mais ne pas y intégrer une bonne dose de Social Learning vous ferait rater l’objectif d’efficacité.

Le but n’est pas de remplacer les formations en présentiel ou en e-learning classique, mais de les compléter en offrant des choix et des interactions plus porteuses de sens qui agiront fortement sur la motivation.

Venez découvrir :

  • Comment faire du collaborateur un acteur de sa propre formation ?
  • Comment offrir un contexte pédagogique plus connecté à l’environnement de travail qui favorise l’engagement et l’efficacité opérationnelle ?
  • Comment des espaces de formation orientés “Métiers” permettent de capitaliser sur les connaissances des collaborateurs en facilitant le partage de leurs savoirs et des interactions de qualité ?

Inscriptions ici

Read More


72890-ELX Salon E-learning Expo

Retrouvez-nous sur le stand Jalios en B60/C59 et pour un ATELIER pratique sur le Blended Learning: Comment combiner l’humain et l’e-learning pour renforcer l’apprentissage ?

Même dans les entreprises les plus avancées dans le déploiement du digital learning, on constate un retour en force de l’HUMAIN dans les dispositifs de formation.

En permettant de mélanger intelligemment dans un même parcours, des sessions en présentiel, de l’e-learning, des sessions live animés à distance et du social learning, le blended learning est adopté par une part croissante des entreprises et organismes.

Que vous soyez en train de digitaliser vos formations présentielles ou que vous butiez encore sur un faible taux d’engagement sur vos formations en e-learning, cet atelier peut vous apporter un début de réponse.

Venez découvrir :

  • Les avantages que vous pourrez cumuler en favorisant le Blended Learning.
  • Quels sont les cas de figure dans lequel ces dispositifs mixtes offriront leur plein potentiel.
  • Quels formats d’apprentissage et agencements Blended Learning il vous faudra privilégier pour renforcer efficacité et maitriser vos budgets formation.
  • Comment le Social Learning permet de favoriser l’engagement des collaborateurs tout au long de vos parcours de formation.
  • Comment il vous est possible de déployer tout cela via une plateforme unique afin de gagner en agilité et d’optimiser vos efforts de gestion.

 

Inscrivez-vous dès maintenant : https://bit.ly/2SejS1n 

 

Read More


L’interactivité en e-learning ? Pas toujours là où on pense.

L’interactivité dans le e-learning est trop souvent assimilée au “dialogue” intervenant entre les apprenants et les modules d’e-learning grâce auxquels les participants se sentent plus engagés dans le processus d’apprentissage.
C’est avec cette définition et cet objectif cible que des efforts importants sont souvent effectués afin de construire des contenus de formations toujours plus scénarisés, pouvant aller jusqu’à l’immersion totale à grand renfort de réalité virtuelle.

Si cette approche parait séduisante et a fait souvent ses preuves, je pense qu’elle est largement réductrice et ne peut en tout cas pas être généralisée.

Trop long et couteux

Même internalisés, les coûts et les délais inhérents au développement de ce type de contenus d’e-learning sont souvent incompatibles avec le volume des besoins en formations d’une entreprise ou organisme, même de taille importante.
En effet, il faut compter une douzaine d’heures de travail en moyenne pour un module de 10 minutes avec un logiciel comme Articulate® Storyline, et ce pour une personne formée à ce  logiciel ;  et je ne parle pas ici de réalité virtuelle.
Donc soit vous avez beaucoup de temps, soit beaucoup beaucoup de budget pour sous-traiter…… Pas réaliste dans mon monde en tout cas.
Au final cela ne pourra donc être fait que sur quelques programmes phares ou sur des sujets complexes ou peu attractifs pour lesquels on sait que l’attention de l’apprenant devra être soutenue par beaucoup d’interactivité. Pour le reste, il va falloir donc falloir trouver autre chose pour faire vite et moins cher.

Penser autrement
Il existe en fait beaucoup d’autres moyens d’offrir de l’interactivité aux participants.

  1. Mettre en place des parcours aux contenus courts et aux formats variés fournit en soit une interactivité avancée car elle sollicitera le participant de manière régulière en évitant de le lasser et à son propre rythme. Vidéo interne ou sur YouTube, documents, quiz rapides, images animées, tutoriels, présentation, infographie, fiches multimédias, etc. sont autant de moyens à disposition des responsables de formation pour construire des parcours de formation qui susciteront l’engagement. Et tout cela est à des coûts et ressources plus accessibles.
  2. Des étapes en webinaire ou en classe virtuelle peuvent venir apporter une interaction directe avec les experts du sujet et entre les participants ; un partage de connaissances et d’interactions qu’aucun module d’e-learning ne fournira jamais.
  3. Les possibilités offertes par le Social Learning permettent aussi à chaque participant d’avoir un rôle plus actif dans son apprentissage en réagissant grâce aux forums contextuels, en interpellant le référent, le formateur ou les autres participants ou encore en fournissant lui-même des contenus complémentaires.
  4. Utiliser le storytelling pour créer une implication émotionnelle. Les histoires créent une situation telle que l’apprenant se sent directement et émotionnellement impliqué dans la formation. Une bonne histoire, bien centrée sur la situation de l’apprenant vaudra souvent mieux qu’une vidéo généraliste même avec des avatars.
  5. Lorsque c’est nécessaire, rajouter des étapes en présentiel concentrées sur la mise en situation et les simulations. Lorsque les apprenants ont la possibilité de se projeter à faible risque et d’envisager les voies et issues possibles, ils transforment mieux les savoirs en savoir-faire.

Et ceci n’est probablement pas exhaustif  à commencer par la gamification.

Rechercher l’interactivité pour renforcer l’engagement des participants est clairement un objectif de tout premier plan pour tout responsable de formation, mais il faut désormais la concevoir de manière beaucoup plus élargie, en tirant partie des nouveaux outils issus du web et des nouveaux comportements.

C’est avec ce cahier des charges que les plateformes de digital learning de nouvelle génération comme 1day1learn ont été conçues. Elles permettent de créer rapidement des parcours en tirant notamment partie de vos contenus existants et en les socialisant afin de créer une interactivité à moindre coût et ne nécessitant pas de compétences techniques spécifiques.

illustration-Article-Interactivité Le e-learning et l’interactivité.

Read More


Le replay de notre webinaire du 11 décembre est dores et déjà disponible ! N’en manquez pas une miette et cliquez sur “replay”. [30 minutes]

 

EN 30 minutes , vous pourrez découvrir :
• Les avantages que vous pourrez cumuler en favorisant le Blended Learning.
• Quels sont les cas de figure dans lequel ces dispositifs mixtes offriront leur plein potentiel.
• Quels formats d’apprentissage et agencements Blended Learning il vous faudra privilégier pour renforcer efficacité et maitriser vos budgets formation.
• Comment le Social Learning permettra de favoriser l’engagement des collaborateurs tout au long de vos parcours de formation.
• Comment il vous est possible de déployer tout cela via une plateforme unique afin de gagner en agilité et d’optimiser vos efforts de gestion.

Read More


Zoom sur le Blended Learning !

Que vous soyez en train de digitaliser vos formations présentielles ou que vous butiez encore sur un faible taux d’engagement sur vos formations en e-learning, ce webinaire peut vous apporter un début de réponse.

Venez découvrir :

  • Les avantages que vous pourrez cumuler en favorisant le Blended Learning.
  • Quels sont les cas de figure dans lequel ces dispositifs mixtes offriront leur plein potentiel.
  • Quels formats d’apprentissage et agencements Blended Learning il vous faudra privilégier pour renforcer efficacité et maitriser vos budgets formation.
  • Comment le Social Learning permettra de favoriser l’engagement des collaborateurs tout au long de vos parcours de formation.
  • Comment il vous est possible de déployer tout cela via une plateforme unique afin de gagner en agilité et d’optimiser vos efforts de gestion.

Je m’inscris

Read More


Participez à notre atelier du 20 novembre au salon Solutions RH et e-Learning expo de Lyon.

Ancrer l’apprentissage dans le travail quotidien, valoriser le capital humain, capturer et pérenniser les savoir-faire internes, mieux diffuser son offre de formation digitale et présentielle, assurer l’engagement dans la durée : tels sont les enjeux du social learning et de l’entreprise apprenante.

  • Venez découvrir comment nous avons intégré e-learning et collaboratif et simplifié la recette du succès.
  • Comment des espaces “Métiers” permettent de capitaliser sur les connaissances des collaborateurs en facilitant le partage de leurs savoirs et les interactions ?
  • Comment des espaces dédiés aux équipes formations font gagner en agilité grâce à la mutualisation des ressources et aux pratiques de travail collaboratives ?

Je m’inscris

Read More


Je suis récemment tombé sur un article de Andy Wooler (Hitachi Data Systems) qui (en bref) mettait en avant la nécessité du LMS de se faire oublier en tant que tel. Quand on y pense, il est vrai que les collaborateurs n’ont pas besoin de LMS mais d’acquérir des connaissances et compétences.

Ceci a immédiatement fait écho aux nombreux témoignages d’entreprises et d’organisations ayant mis en place des LMS dans les dernières années (y compris des LMS de nouvelle génération) et dont le niveau de fréquentation est jugé (au mieux) insuffisant et ce malgré les efforts faits en contenus, communication et en animation….

Les LMS ont tendance à convenir aux concepteurs et aux gestionnaires de l’apprentissage, mais ne sont pas suffisamment adaptés à l’apprenant lui-même qui les trouvent souvent insuffisamment connectés à leur travail ; voire tout simplement hors de propos quand ils sont trop concentrés sur des formations obligatoires ou des contenus génériques achetés sur étagères.

Dans une course aux fonctionnalités, la plupart des LMS sont souvent très articulés autour des besoins des responsables de formation en matière de création de contenus, de pilotage et de cartographie des compétences. La nécessité de mesurer un ROI ou de fournir “le” reporting nécessaire aux obligations de formation et des organismes financeurs a aussi pris bien trop souvent le pas sur les besoins réels des collaborateurs “métiers” et de leurs managers.

Reporting et gestion sont des caractéristiques importantes, mais elles sont bien loin des préoccupations de l’apprenant moderne qui a peu de temps et qui a faim de connaissances immédiates. Bien loin du manager “Métier” qui veut limiter les formations trop longues et faire monter rapidement en compétence ses équipes pour accompagner la transformation de l’entreprise.

Faire moins de Managing System et plus de Learning.

Nous savons tous qu’un bon apprentissage est un processus complexe. Mais avec toutes les nouvelles technologies et l’avènement des médias sociaux, les apprenants s’attendent d’abord avoir des réponses rapides et opérationnelles.
Ils veulent aussi que leur apprentissage soit personnalisé et permette la collaboration avec d’autres personnes partageant les mêmes préoccupations afin de pouvoir échanger.

Ils veulent aussi apprendre en se déplaçant sur leurs appareils mobiles et être libérés de la salle de classe si celles-ci n’apporte pas une réelle interaction avec le formateur et les autres apprenants.

Enfin, ils sont aussi de plus en plus prêts à partager leurs savoir-faire à condition d’être reconnu pour cela, comme ils le font sur les réseaux sociaux. En ce sens ils sont aussi sachants qu’apprenants.

L’apprenant et son Métier au centre !

Deux approches complémentaires peuvent être utilisées pour résoudre cette équation et replacer l’apprenant au centre.

1. La première consiste à intégrer les modules et parcours de formations directement dans l’environnement de travail des collaborateurs.
De plus en plus d’entreprises et d’organisme mettent en place des intranets collaboratifs (Digital workplace) qui permettent aux collaborateurs de disposer d’un environnement de travail centré sur leur propre Métier. Dés lors, quoi de plus naturel que d’y positionner des capsules de formations directement liés à ces métiers ?
C’est ce que permet 1day1learn de par son intégration native avec Jalios, un des leaders de la digital workplace. Dans ces espaces Métiers, les collaborateurs y partagent des documents de référence, des documents de travail, des forums de discussion, des FAQ, des meilleures pratiques et vont y trouver aussi des modules et parcours de formations propres à leur Métier.

Pour des collaborateurs sur le terrain, ceci peut être complété par la mise en place de QR code sur des équipements, des produits ou des documents qui pointeront sur les modules de formation correspondants. Certains pourront dire qu’il ne s’agit pas vraiment de formation mais d’information, mais du point de vue de l’apprenant ce débat est stérile. Il avait besoin de connaissances et on les lui a rendus accessibles !

Ainsi positionnés au plus près de l’environnement métier, la création de parcours individualisé entre le collaborateur et le responsable de formation devient alors tout à fait possible puisque les éléments métiers (procédures, documents, FAQ, etc.) y sont référencés et à disposition. Imaginer de faire cela avec un LMS classique nécessiterait de migrer les documents métiers dans le LMS et les risques d’obsolescences avec! Forget it!

Dans cette approche, il est clair qu’en intégrant le learning dans les usages courants, le LMS disparait derrière les besoins de l’apprenant.

2. La seconde consiste à rendre l’ensemble beaucoup plus social afin d’éviter les écueils de l’apprentissage en ligne isolé. Dès lors qu’il s’agit de contenus plus connectés à l’environnement de travail quotidien, le collaborateur veut pouvoir interagir avec les autres personnes de son métier qui ont suivi un contenu ou qui sont en train de le faire afin de compléter son apprentissage grâce à ses alter ego.
Il est reconnu que c’est en interagissant avec d’autres qu’on apprend le mieux et qu’on accroît sa motivation et c’est donc l’aspect social qui véhicule le mieux l’apprentissage.
Là encore le LMS disparait derrière les besoins de l’apprenant d’humaniser son apprentissage.

Objectif : Learning on the job.

1day1learn s’est clairement engagé dans cette approche ou le LMS s’efface au profit d’un Social Learning intégré dans les usages de travail de l’apprenant et ceci sans que les possibilités de pilotage ne disparaissent pour les responsables.
Une approche dans laquelle les responsables de formation peuvent facilement publier des nouveaux modules dans l’environnement “Métier’ des apprenants. Un environnement dans lequel tout expert ou collaborateur peut aussi cocréer et partager ses savoirs avec ses pairs, enrichissant le catalogue “métier” de contenus plus proches des besoins des participants à cet espace.
Une approche dans laquelle les apprenants ont un accès direct à des contenus puisque c’est le learning qui vient à eux et où ils peuvent interagir et partager sans s’occuper d’interfaces complexes ou de processus d’accès et de publication rigidifiés.

Pour 1day1learn c’est cela un LMS invisible !

Et vous, de quel Learning vos collaborateurs ont-ils besoin ?

Read More



A l’occasion du Digital Days Formation nous vous proposons une web conférence sur le renforcement de la formation professionnelle.

Venez découvrir :

  • Comment faire du collaborateur un acteur de sa propre formation
  • Comment offrir un contexte pédagogique plus connecté à l’environnement de travail qui favorise l’engagement et l’efficacité opérationnelle.
  • Comment des espaces de formation orientés “Métiers” permettent de capitaliser sur les connaissances des collaborateurs en facilitant le partage de leurs savoirs et des interactions de qualité.

Pour s’inscire c’est par ici

Read More


La réforme de la formation professionnelle et la mise en place de normes de qualité via le référencement Datadock des organismes de formation a renforcé le rôle de l’évaluation dans les actions de formation. Pas moins de 6 indicateurs sur 21 y font référence, tant du point de vue de l’utilité pour le collaborateur que du processus pour l’organisme.
Mais quelles sont les grands types d’évaluation à inclure dans une action de formation ? Quelle est leur utilité et en quoi le digital learning favorise-t-il leur utilisation.

L’évaluation amont : elle permet de situer le niveau et les prérequis des collaborateurs afin de les réorienter éventuellement vers des formations plus adaptées, mais surtout de personnaliser le la formation en fonction des besoins réels. Son utilité n’a jamais été contestée mais son impact était limité avant que le digital learning ne permette une meilleure individualisation au travers des parcours.

L’évaluation formative ou apprenante : elle intervient en cours de formation et prend tout son sens dans le cadre de parcours dont tout ou partie sont faites en digital. Il s’agit de mesurer la progression des acquis en cours de parcours. La formatrice pourra ainsi adapter son dispositif en y incluant des nouvelles activités et modules. Les évaluations formatives, souvent négligées, sont désormais très accessibles grâce digital learning, que ce soit en présentiel ou à distance. Elles sont même souvent devenues des outils d’animation d’une formation et suscitent un meilleur engagement des collaborateurs et collaboratrices.

L’évaluation sommative : c’est un peu comme un Quiz de fin de parcours de formation. Elle permet de confirmer les acquis afin de vérifier que le collaborateur a bien atteint les objectifs fixés par la formation. Si la formation donne lieu a la délivrance d’un diplôme, on l’appelle aussi évaluation certificative. La création de quiz de fin de parcours est un incontournable de tout dispositif de digital learning et permet de valider l’acquisition des connaissances, compétences et savoir-faire.

L’évaluation à chaud : bien connue de tous, c’est un peu le “minimum syndical”.  Au-delà des questions liées à l’organisation, elle permet de mesurer le degré de pertinence de la formation par rapport aux attentes des collaborateurs et d’évaluer le programme lui-même par rapport aux objectifs annoncés. Le digital learning permet d’automatiser leur utilisation, et même de lier la validation d’un parcours à la remise de ses réponses par le collaborateur. On évite ainsi le manque de feed-back, point faible de nombreux dispositifs.

L’évaluation à froid : elle s’organise entre 2 et 3 mois après la formation. La collaboratrice est dans son quotidien de travail et il est temps de savoir si elle a pu mettre en application ce qu’ell a appris lors de sa formation et si on constate des améliorations ! Cette évaluation ne vise donc pas uniquement les collaborateurs mais aussi  leur N+1. Elle permettra d’envisager des compléments de formation pour le stagiaire mais peut avoir aussi un impact fort sur la formation elle-même afin de la rendre plus pertinente. La encore tout parcours de digital learning peut inclure cette étape afin de s’assurer que l’action aura bien lieu et ne sombrera pas dans l’oubli….

Au-delà de cela, d’autres évaluations font partie du contexte de la formation :

– Le fameux ROI c’est-à-dire le rapport entre le cout de la formation et ses effets économiques.. Et son évolution vers le ROE pour return on expectations, J’y reviendrais dans un prochain post.
l’évaluation du système de “production” des formations, c’est-à-dire l’efficacité avec laquelle le service formation conduit ses projets pour livrer des formations de qualité, dans les délais et dans les coûts.  On sait que la synchronisation des actions de formation avec les besoins de montée en compétence des métiers joue un rôle crucial pour toute entreprise ou organisme. C’est bien souvent la clé de leur programme de transformation numérique.
Il est donc impératif pour tout service de formation, même s’il sous-traite ses réalisations, d’évaluer et d’améliorer régulièrement ses performances de travail en mode projet. Une solution comme 1day1learn propose des espaces collaboratifs dédiés aux équipes formation afin de les aider au quotidien dans cet objectif. Voir le post http://www.1day1learn.com/espaces-collaboratifs-et-projets-dedies-aux-equipes-formation/

Un autre petit rappel pour conclure : “L’action de formation se définit comme un processus pédagogique permettant l’atteinte d’un objectif professionnel. Elle fait l’objet de modalités d’apprentissage identifiées pouvant comprendre des séquences de positionnement pédagogique, de formation et d’accompagnement de la personne qui suit l’action, dont les acquis sont évalués. Elle peut être réalisée en tout ou partie à distance. Elle peut être réalisée en situation de travail. »”

Read More